dimanche 19 février 2017

Pour raviver l'œuvre d'Albert Robida !

Il s'agit de l'exposition « Machines à dessiner » de Schuiten et Peeters au Musée des Arts et Métiers.

D'emblée le nom d'Albert Robida est cité dans la première salle qui introduit l'œuvre des deux comparses au talent immense. Le deuxième tome de la bande dessinée "Revoir Paris" est sorti il y a peu. Une exposition superbe sur laquelle planent les ombres de Jules Verne et Albert Robida, véritables dieux tutélaires sympathiques pour ces deux Belges brillants et enthousiastes qui n'en finissent pas de nous embarquer dans leur univers merveilleux à l'instar de leurs illustres modèles.
Faites passer l'information !


Sachez que l'exposition prévue jusqu'au 26 février 2017 vient d'être prolongée d'un mois.



Le Musée des arts et métiers présente, du 25 octobre 2016 au 26 mars 2017, Machines à dessiner, une exposition exceptionnelle, fruit d’une collaboration avec François Schuiten et Benoît Peeters, auteurs des Cités obscures et de Revoir Paris. Pivot de l’exposition, le dessin s’y dévoile comme une activité à la fois technique et poétique, entre précision et imagination.

Salle d'exposition temporaire
Directement accessible depuis l’entrée du musée, cet espace est entièrement dédié à la présentation des expositions temporaires.

Plein tarif : 6 € / Tarif réduit : 4 €, réduction : étudiants, enseignants, moins de 18 ans, présentation du billet pour l'exposition Hergé au Grand Palais.
Gratuité : – 5 ans, demandeurs d’emploi, guides conférenciers, amis du Musée des arts et métiers, personnel Cnam, personne en situation de handicap + 1 accompagnateur, un accompagnateur atelier pédagogique (par groupe de 10 enfants), cartes ICOM/Amcsti/Invitation permanente, carte Sésame, auditeurs Cnam, journalistes.




Construite autour de la confrontation entre les collections scientifiques et techniques du Musée des arts et métiers et une large sélection de travaux graphiques, Machines à dessiner invite à découvrir l’imaginaire singulier des deux auteurs. A la fois source d’inspiration et d’émerveillement, les objets et documents choisis dans les réserves du musée sont les rouages d’une vertigineuse ingénierie du rêve. Projections, ambiance sonore, jeux de lumières, l’exposition invite le visiteur à entrer dans l’atelier de François Schuiten et lui propose de dessiner avec lui, l’entraînant dans sa vision du monde, entre réalisme et onirisme.

Que l’on soit bédéphile ou néophyte, dessinateur confirmé ou croqueur amateur et quel que soit notre âge, Machines à dessiner est aussi conçue comme une machine à libérer l’imaginaire de chacun. L’exposition fait le pari de la transmission et trace des passerelles entre disciplines : art, sciences, techniques et entre générations. Plus sensible que didactique, elle donne à voir des machines comme nul historien des techniques ne les verra jamais, avec un regard d’adoration qui en fait surgir toute la beauté. Une beauté presque surréelle, venue d’une cité qui n’a plus rien d’obscur.




Commissariat

François Schuiten

François Schuiten est né à Bruxelles le 26 avril 1956, dans une famille où l’architecture tient une grande place. À l’atelier bande dessinée de l’Institut Saint-Luc, il rencontre Claude Renard avec qui il réalise deux albums : Aux médianes de Cymbiola et Le Rail. Avec son frère Luc, il élabore au fil des ans le cycle des Terres creuses. Depuis 1980, il travaille avec Benoît Peeters à la série Les Cités obscures ces albums ont été traduits en une douzaine de langues et ont obtenu de nombreux prix. Il a obtenu en 2002 le Grand prix d’Angoulême pour l’ensemble de son œuvre. François Schuiten a également participé à la conception visuelle de plusieurs films, dont Taxandria de Raoul Servais, Mars et Avril de Martin Villeneuve mais aussi Mr Nobody de Jaco Van Dormael. Auteur de très nombreuses réalisations scénographiques, dont la station de métro Arts et Métiers, il fut le responsable du gigantesque pavillon thématique A Planet of visions qui accueillit cinq millions de visiteurs à l’Exposition Universelle de Hanovre en l’an 2000, ainsi que du pavillon belge à l’Exposition de Aïchi en 2005. Il est le concepteur du Train World de Bruxelles, qui remporte un succès considérable depuis son ouverture à l’automne 2015.

Benoît Peeters
Benoît Peeters est né à Paris le 28 août 1956. Ancien élève de Roland Barthes, il a publié de nombreux ouvrages, dans des genres très divers. Il est l’auteur avec François Schuiten de la série, couronnée en 2013 par le Grand prix manga au Japan Media Arts Festival. Spécialiste d’Hergé, il a publié trois ouvrages qui ont fait date, Le Monde d'Hergé, Hergé fils de Tintin et Lire Tintin, les bijoux ravis, ainsi que plusieurs essais sur la bande dessinée, le storyboard, Hitchcock, Nadar, Paul Valéry, etc. Il a collaboré avec le dessinateur Frédéric Boilet, la photographe Marie-Françoise Plissart et le cinéaste Raoul Ruiz. Il a aussi réalisé trois courts métrages, plusieurs documentaires et un long métrage, Le dernier plan. Commissaire de nombreuses expositions, il s’est occupé avec François Schuiten de la restauration et de l’aménagement scénographique de la Maison Autrique, premier édifice Art Nouveau du grand architecte belge Victor Horta. Il a publié la première biographie du philosophe Jacques Derrida, ainsi que Trois ans avec Jacques Derrida, les carnets d’un biographe, et plus récemment Valéry, tenter de vivre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire